samedi 2 août 2014

c'est parti

Et bien voilà, c'est parti.

Le chef arbitre attribue les secteurs. Je me retrouve dans le secteur le plus fort. Nous sommes dix arbitres pour arbitrer les cinq premiers échiquiers des deux catégories : mixtes et femmes (il n'y a pas de catégorie hommes).
Pour la première ronde, on me confit (de canard) le match de la Norvège, le pays organisateur, contre la Yemen.
C'est un grand honneur. Le Champion du monde est norvégien, il est jeune et il a rendu les échecs très populaires dans son pays. Nous avons des directs à la TV nationale. La ministre des finances est là, le maire, le président de la fédération internationale, de nombreux officiels et quelques journalistes... voici ce que donne la première table :


Simen Agdestein joue au premier échiquier. Ancien footballeur professionnel (huit sélections en équipe nationale), il devient Grand Maître aux échecs après une blessure au genou qui met fin à sa carrière de footballeur.
Son adversaire Al Qudaimi a eu du mal à se frayer un chemin, j'ai du écarter quelques journalistes.
Les "officiels" ont un peu de mal avec la pendule. Une fois l'espace un peu dégagé, je remets la pendule à l'heure et demande aux joueurs recommencer à zéro. Ils rejouent les deux coups identiques (indispensable pour enregistrer sur Chessbase) et la partie reprend dans la sérénité.

La partie est diffusée en live. Fin de partie en capture d'écran (merci M. Tchefranoff).


Fin de la partie, victoire du footballeur.
Le Yémen n'a pas démérité, deux défaites, un gain, une nulle, sur quatre échiquiers.

Un collègue arbitre népalais a mis trois jours pour arriver en Norvège. Le népalais n'est pas ... rapide.

1 commentaire:

alain sallette a dit…

Bravo Stéphane, arbitrer le Champion du Monde, c'est une peu une consécration ! (mais non, tu es encore jeune, tu peux rester !)