samedi 10 octobre 2015

Journée de repos bien remplie

Le matin, Justine, l'hôtesse qui m'appelait par mon nom n'est pas là. Je suis accueilli par un triste "Bonjour Monsieur quel est votre numéro de chambre ?"... Je signe, et une autre hôtesse arrive pour me placer. Elle sourit et avant de prendre le billet portant mon nom et mon n° de chambre, elle me dit "Bonjour Monsieur Escafre". En m'asseyant, je la félicite pour son professionnalisme, elle aurait peut être préféré un pourboire mais ne le montre pas.

Visite guidée de l'Opéra de Monaco, conçu par Garnier, comme l'Opéra parisien du même nom.

au centre, la loge princière

Les détails dans la décoration sont à tomber par terre, mais nous étions assis. Chaque centimètre carré est une oeuvre d'art. Le Président Rapaire rêve déjà d'utiliser cet écrin. Et il en est capable !
Nous avons le privilège de visiter les coulisses, les loges. 
On pense au "Fantôme de l'Opéra" de Gaston Leroux qui se déroule à l'Opéra... Garnier.

Je profite que les joueuses soient rassemblées pour leur faire signer un échiquier, en souvenir pour un ami.

La numéro 2 mondiale, l'indienne Humpy Koneru, se prête au jeu. Elles sont toutes d'une grande gentillesse.

Après être passé à l'Opéra, nous passons à l'apéro. (désolé)

Après un repas frugal : une olive et une feuille de laitue, nous installons les jeux pour la simultanée. Almira Skripchenko étant fatiguée par le tournoi, c'est Olga Alexandrova qui la remplace. Olga est Grand Maître Féminine et Maître Internationale (mixte). Numéro 1 en Espagne où elle a gagné le Championnat national après avoir remporté le titre en Ukraine.

 En plus d'être une excellente joueuse, Olga est Press Officer sur la compétition. Ici sous l’œil de l'arbitre qui surveille également les statues.

Une fois la salle installée, il est l'heure d'aller chercher Hou Yifan pour visiter le club de Monaco. (voir l'article d'hier).
Je remercie très chaleureusement le Président Rapaire pour l'affiche qu'il m'a offerte à cette occasion. C'est mon affiche préférée, et j'avais donné mon exemplaire à un club en 1997... Je vais la faire encadrer, car elle est unique, je n'en dirai pas plus pour ne pas faire de jaloux. Merci.

Retour au Casino, je suis invité à jouer. Olga est un peu surprise de me voir parmi les participants. Elle s'imaginait que j'étais plus fort. Hélas, "le talent n'est pas contagieux" (Louis Jouvet), et la fréquentation des meilleurs joueurs et joueuses du monde n'a pas fait monter mon niveau (l'arbitre intervient rarement sur ce qui se passe sur l'échiquier, surtout à haut niveau). Elle pensait que j'étais au moins candidat maître, mais non.


Olga Alexandrova affronte simultanément 14 adversaires. Ici au premier plan, son Excellence, Henri Fissore, Ambassadeur non résident de Monaco au Portugal ainsi qu'Ambassadeur en mission auprès du ministre d’État (Premier ministre).

J'ai les Noirs. Pour mettre un peu d'action, j'ai sacrifié un Fou en h3 :


Quelques coups plus tard, j'ai donné la Tour (en fait la qualité, mais comme j'avais un Fou de moins) : Txe5 suivi de Fxe5 Txe5. 


Et je commence à avoir une Dame, un Cavalier et une Tour sur un Roi blanc qui n'a plus de pions pour le protéger. Quelques coups plus tard... trouvez le bon coup...


Te2, et il faut donner la Dame blanche sur la Tour, à cause du mat avec la Dame noire en h2 (ou la t en g2).
Et après ... Te2, Dxe2 Cxe2+, j'ai 4 pions de plus, mais j'ai préféré répéter la position en faisant des échecs perpétuels avec le Cavalier. Partie nulle. Et dire que certains doutent encore de ma gentillesse. Olga me serre la main, un peu surprise. Son mari, Miguel Illescas, Grand Maître, me dit que je suis un gentleman... il ne sait pas que je suis capable de perdre cette partie.

Après plus de 3h de jeu, Olga aura gagné 9 parties, fait 5 nulles et aucune défaite. Pas mal !

Le lendemain, Olga vient me voir quelques minutes après le début des parties :
Olga : Tu as vu la partie d'Antoaneta ?
Moi : Non, pas le détail des coups.
Olga : Les dix premiers coups, c'est notre partie d'hier ! puis Antoaneta a joué h6 pour empêcher Cg5
Moi : Elle a copié sur nous, ce n'est pas bien.

Un peu plus tard dans la journée, elle me demande si je parle français. ??? Elle avait remarqué que je parlais souvent avec les organisateurs, ainsi qu'avec son mari qui maîtrise les échecs et notre langue.
"Euh oui, je parle français, et je l'écris même parfois". Comme je parle espagnol avec elle, et anglais avec la plupart des joueuses, elle me dit que ça fait beaucoup pour un grec. ????
Elle pensait que j'étais un maître grec, mais je n'ai pas vraiment l'intention de me faire maître chez les grecs.
Depuis, je ne lui dis plus "Hola !" mais "Calimera !"

De temps en temps, des employés du Casino passent par le salon où se déroule le Grand Prix. Ils sont respectueux et se font discrets. L'un d'eux se montre plus hésitant. Il cherche quelque chose. Je vais donc à sa rencontre.
Moi : Puis-je vous aider ?
Lui : Bonjour je cherche la direction.
Moi : La direction de quoi ?
Lui : La direction de ... la Direction.
(je crois que nous avons rejoué un dialogue du Schpountz de Pagnol)

Demain, nous rendrons hommage aux bananes
Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Merci de votre attention.
pour vous faire patienter :




Aucun commentaire: