mardi 17 avril 2007

Nulles de salon, non ! Cassoulet de Castelnaudary, oui !

Il y a des bruits qui courent qui me font rigoler (j'ai tendance à rigoler quand je vois des bêtises, alors que d'autres se vexent ou s'énervent)

1) La nulle de Delorme : elle aurait été acceptée s'il l'avait demandé dans les formes. On lui a juste dit de respecter la forme. Pas de sanction. Il n'a jamais été question de leur faire perdre la partie.

2) La nulle de François Brethes : J'entends parler de répétition... quelle répétition ? Je lis que l'arbitre à refusé la nulle par répétition. Regardez les parties (consultables ici). Il n'y a même pas deux fois la même position ! ... alors trois fois ...!??
Au Grand Bornand, j'ai mangé un excellent cassoulet préparé par le père de François. Il se trouve que j'ai été son premier prof et que j'ai gardé d'excellents rapports avec Frenchy et sa famille (ils ont passé des vacances en Corse, etc...). Devant ce cassoulet (au confit de canard), la question de la nulle a été évoquée. Quand je lui ai demandé pourquoi il n'avait pas répété la position, il m'a répondu : "Parce que je suis trop c..., j'ai forcé pour gagner"

3) La nulle des petits-poussins. J'entends que l'arbitre aurait autorisé la demande de nulle à un gamin ayant un Roi dépouillé contre plusieurs pièces. A ma connaissance, le seul cas qui s'est produit de demande très incorrecte s'est passé ainsi :
A la table de jeu, le Roi dépouillé demande s'il peux faire nulle. L'adversaire répond à la place de l'arbitre : "ça va pas la tête !"

2 commentaires:

Dominique a dit…

Ben voilà, acheté au moyen d'un bon cassoulet !!
avant, il te fallait un repas gascon entier pour tout accepter ensuite !! :o)
Je suis déçu ..........

arbitro a dit…

Tu remarqueras que je n'ai pas été corrompu par le cassoulet, puisque François a perdu sa partie